Mémoire Résistance et Déportation dans les Côtes-du-Nord

La guerre et la défaite (septembre 1939-juin 1940)

De la « drôle de guerre » à la débâcle

Dans une situation internationale très tendue, la déclaration de guerre à l’Allemagne après l’invasion de la Pologne a été accueillie sans surprise. Des milliers de réfugiés sont arrivés dans les Côtes-du-Nord provoquant les premières difficultés de ravitaillement.

La signature du pacte germano-soviétique le 23 août 1939 a provoqué la surprise puis entraîné la dissolution du parti communiste français qui défend encore une ligne antifasciste avant de dénoncer la guerre interimpérialiste.

Malgré la rapide percée de la Wehrmacht après le 10 mai 1940, l’effondrement des Pays-Bas et de la Belgique, l’espoir demeure. L’arrivée au pouvoir du Maréchal Pétain, vice-président du Conseil, est de nature à redonner confiance.

Les Côtes-du-Nord sont occupés le 18 juin 1940

Le jour où le général de Gaulle lance son appel à Londres, le département est occupé par la Wehrmacht sans la moindre résistance. Les vainqueurs s’installent du 18 au 23 juin dans les villes et imposent l’heure allemande et le couvre-feu.

Source : Extrait de "Les Côtes-du-Nord dans l’Occupation" Archives départementales des Côtes d’Armor, service éducatif, CDDP, 1985. Auteur : Christian Bougeard.

 

Commenter cet article